Quand et comment tailler un olivier ?

Quand et comment tailler un olivier ?

Quand et comment tailler un olivier ?

L’olivier, Olea europaea, fait partie de la même famille que les lilas ou les forsythias.

Ce sont des Oléacées.

Cet arbre a une histoire millénaire et il est un arbre biblique. Il a un feuillage persistant et ses fruits sont les olives.

Pour entretenir un olivier, la taille est très importante.

Il y a 3 sortes de taille :

  1. la taille fruitière (ou taille de fructification)
  2. la taille de formation
  3. la taille d’ornement (ou taille ornementale).

La taille de fructification

La taille doit se faire après la fructification, de décembre à mars, parfois avril, mais pas après car les boutons à fleurs apparaissent.

Dans le Sud de la France, on peut tailler seulement à la fin de l’hiver, donc vers fin-février. Selon les experts en jardinage de ctendance, un olivier fructifie sur du bois de deux ans, ce qui veut dire que les jeunes tiges de l’année d’avant fleurissent au printemps de l’année en cours et fructifient à l’automne.

Couper les rejets

Il faut d’abord dégrossir tous les rejets sur l’arbre, comme par exemple des rejets qui ont poussé vers le pied de l’arbre ou sur le tronc de l’arbre. Quand on coupe ces rejets, cela permet à la sève de l’arbre de monter dans les branches porteuses de fruits.

Aérer et simplifier la ramure

Ensuite, il faut aérer la ramure et tailler le cœur de l’arbre pour lui donner la possibilité d’être exposé au soleil.

Cela permet une meilleure fructification.

Un olivier doit être aéré pour pouvoir fructifier. Les arbres touffus ne peuvent pas fructifier correctement.

On dit dans le Midi de la France qu’un oiseau doit être capable de traverser la ramure.

Pour cela, il faut donc couper des branches intérieures.

Il faut aussi couper les branches qui se croisent afin d’avoir un arbre qui pousse correctement. De même, si deux branches partent du même endroit, il faut en couper une.

On conserve en général la plus vigoureuse et on coupe la plus petite, de manière à ce que la sève puisse aller dans la grande branche. Et puis s’il y a des fourches, encore une fois il faut garder la branche qui est le prolongement naturel de la charpentière et couper les autres branches qui la concurrencent.

Sculpter la forme de l’arbre

On continue ensuite à couper les branches qui retombent sur l’extérieur afin de pouvoir travailler plus facilement le tour de l’arbre. L’olivier prend alors une forme de fontaine. Les branches qui retombent n’auront jamais de fruits donc il est recommandé de les couper. Cela permet aussi de mettre plus facilement de la fumure autour de l’arbre. Toutes les branches sèches et mortes sont à couper systématiquement.

Parfois, il faut couper les branches qui montent trop haut afin de permettre aux branches principales de se courber et de faciliter la fructification. Ces branches principales s’appellent des charpentières. Mieux vaut utiliser un ébrancheur pour couper des branches plus importantes, ce qui permet aux charpentières de bien se développer.

Traiter l’arbre contre les maladies et les parasites

Après la taille, on peut traiter l’arbre avec une bouillie bordelaise (fongicide à base de cuivre et de chaux), pour éviter les maladies et les champignons qui peuvent se développer sur les blessures engendrées par les coupes.

Pour préparer la bouillie, il faut respecter les doses prescrites, la bouillie s’applique du bout des feuilles jusqu’au pied, en insistant sur les coupes.

Chaque plaie de la taille d’un pouce d’homme, ou plus grande, peut également être enduite d’un mastic cicatrisant.

Il faut bien étaler le mastic sur la plaie pour empêcher tout parasite de venir s’installer à l’intérieur du bois.

Une fois que les parasites sont installés, il est très difficile de les faire partir.

Fertiliser avec de la fumure

Suite à ce traitement, l’olivier peut être fumé. On prend en général une fumure organique. Sur un arbre d’environ 2 mètres de haut, on peut mettre 5 à 10 kilos de fumure.

Il faut bien répartir la fumure autour de l’arbre jusqu’à la pointe des branches car les racines se dispersent sous la terre jusqu’à cette distance.

Pour permettre au fumier d’être incorporé correctement à la terre, on griffe la terre.

On mélange donc la fumure à la terre pour qu’il soit mieux assimilé par l’arbre.

La taille d’ornement ou taille ornementale

On peut couper la ramure en hauteur pour lui faire prendre un port en boule. Cela donne une forme de sphère sur un pied, ce qui est joli.

Cette taille est plus simple et met en valeur le tronc qui est beau quand il vieillit.

Le tronc de l’olivier est très travaillé, très torturé, et c’est ce qui lui donne ce charme particulier.

On peut tailler l’olivier sous différentes formes qui nous plaisent.

Les formes en boule sont très populaires et ce sont des arbres qui ornent très bien une terrasse par exemple.

La taille de formation

Elle se fait sur des jeunes sujets d’oliviers, pour leur permettre de se développer de manière adéquate.

Attention, la taille de formation n’est recommandée que sur des arbres de 2 ou 3 ans minimum. C’est une taille importante car elle détermine la forme de l’arbre pour des années à venir.

Quand l’olivier a 4 ans on peut passer à la taille de fructification.
On cherche à choisir les charpentières et à former l’arbre tel que l’on veut qu’il se développe.

Il faut également bien dégager le tronc du sol et donc couper tout ce qui pousse à moins de 50 cm du sol.

Les outils nécessaires à la taille

Un sécateur à main, une cisaille pour la formation et la taille ornementale, un sécateur à bras et éventuellement une petite scie pour couper des branches plus grosses.

Pensez à bien aiguiser vos outils avant de procéder à la taille et a systématiquement désinfecter les lames avant toute utilisation.

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *